La E.coli tueuse est «une sorte de clone hybride»

Posted on 3 juin 2011

0


Théodore Escherich, en observant la fréquence des diarrhées néonatales, avait déjà posé la question de l’implication du colibacille dans les entérites. Après la Seconde Guerre mondiale, les connaissances ont convergé pour établir le concept de virulence de certaines souches de E. coli. Dans les années 50, de nombreuses souches d’E. coli ont été incriminées en tant qu’agent étiologique de diarrhées infantiles. On sait maintenant que certaines souches « spécialisées » d’E. coli sont associées à des pathologies très diverses (y compris extra-intestinales), tant chez l’Homme que chez l’animal : diarrhées, gastro-entérites, infections urinaires, septicémie…

Aujourd’hui, les chercheurs déclarent que cette variante de E.coli est «une sorte de clone hybride», selon l’expression employée par le site du magazine allemand « Spiegel ». Elle inquiète d’autant plus qu’après les 18 décès enregistrés en Europe, 7 nouveaux cas de contamination viennent d’être déclarés en Grande-Bretagne. Tous ont pour l’heure un lien plus ou moins direct avec la zone géographique germanique.

Publicités
Posted in: Europe & santé